Dispositif CLEA Amiens Métropole

2. Description du dispositif CLEA d’Amiens Métropole dans lequel j’interviens en tant qu’artiste chorégraphique

Amiens Métropole décline le Parcours d’Education Artistique et Culturelle à travers le Contrat Local d’Education Artistique signé entre l’Etat – DRAC Hauts de France et la Direction Académique des Services Départementaux de l’Education Nationale de la Somme. Chaque projet mené à l’école repose sur la rencontre entre un enseignant (maternelle ou primaire), un artiste ou un professionnel de la culture en lien avec une structure culturelle. Il s’articule autour des trois piliers de l’Education Artistique : la connaissance, la rencontre et la pratique. Ce dispositif est financé à parité par Amiens Métropole et la DRAC Hauts-de-France. 

2.1 La connaissance

Les projets CLEA danse sont montés à la demande des enseignants et en collaboration étroite avec un artiste intervenant autour d’objectifs pédagogiques issus des programmes en vigueur. Les notions civiques comme, pour exemple,  la “mixité garçons filles à l’école” ou écologiques comme “la découverte de la biodiversité”  rencontrent le travail de l’artiste chorégraphe qui souhaite développer une recherche chorégraphique en lien avec ces dernières. En plus des apprentissages scolaires autour de toutes ces notions, l’élève en CLEA accède à une vison artistique de celles ci. Le travail de l’artiste intervenant est donc très stimulant en ce sens qu’il vise à convoquer l’imaginaire et la créativité des enfants autour de sujets  traités en classe. Le partage avec l’enseignant durant toute la durée du CLEA est donc primordial pour donner sens à nos rencontres, impliquer les élèves de façon pertinente et solliciter leur esprit critique.

2.2 La ou les rencontre(s)

Dans le cadre de ce dispositif, la rencontre représente selon moi le cœur de l’expérience et très certainement la plus large trace qui subsiste chez ses participants en aval du projet. 
Il y a tout d’abord 
la rencontre entre l’enseignant et la structure culturelle (le plus souvent de secteur) qui va permettre la rencontre avec un artiste à même de mener le projet. Vient ensuite la rencontre entre l’artiste et l’enseignant demandeur.
Ces trois acteurs vont élaborer et rédiger conjointement le projet.

Sur ce vaste sujet et avant de détailler, j’ai juste envie de laisser danser mes mains sur le clavier pour évoquer ici toutes les rencontres qui s’en suivent : celle de l’ensemble du personnel de l’école avec l’artiste et sa pratique, celle des élèves avec l’artiste et sa pratique, celle des élèves avec la structure culturelle et son personnel aussi la rencontre renouvelée des élèves entre eux au travers de la pratique artistique et celle de l’enseignant avec ses élèves sous ce nouveau prisme. C’est aussi et surtout la rencontre de l’élève avec lui même dans une nouvelle discipline régie par des règles et normes souvent inédites pour lui.

2.3 La pratique

Un projet peut concerner 2 à 4 classes par école, et bénéficier de 46h d’intervention artistique maximum pour quatre classes financées par Amiens Métropole et la DRAC Hauts-de-France.

Ces séances de sensibilisation et de pratique artistique pour lesquelles les enfants doivent être acteurs de la démarche artistique se déroulent en classe, ou dans la structure culturelle partenaire, à raison de :

Pour 2 classes : 22h maximum de pratique
Pour 3 classes : 34h maximum de pratique

Pour 4 classes : 46h maximum de pratique

Chaque projet comprend deux heures de préparation rémunérées pour l’artiste intervenant. Seuls les projets qui ont un lien fort avec une structure culturelle, dans l’objectif de favoriser le lien vers le hors temps scolaire et la possibilité de s’inscrire dans un parcours, seront retenus.

Les dates d’intervention sont fixées avec l’enseignants selon le calendrier scolaire et les disponibilités de l’intervenant. Elles figurent dans le dossier de demande. Pour pratiquer la danse, les parents d’élèves sont prévenus par les enseignants de prévoir une tenue adaptée (jogging) pour ces rendez-vous artistiques.